Revenge of Cronos

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Revenge of Cronos

Message  Mon Lieutenant le Lun 20 Fév - 23:37

Les Machine Robo originaux commençaient à s'essouffler dès 1986, mais la légende veut que ce soit voulu... enfin, c'est la légende. Bandaï s'aperçut rapidement que le succès de Takara avec ses Transformers était en partie dû au dessin animé et qu'il était important que les Machine Robo en possèdassent un qui leur rende leur gloire passée. Et malheureusement, importer celui produit par les Américains Hanna-Barbera (Challenge of the Gobots) n'était pas envisageable ni viable. Alors la compagnie chargea les studios Ashi (animateurs de Dancougar, M.A.S.K., et plus récemment Beast Wars II et Beast Wars Neo, toutes deux apparentées aux Transformers) de créer une toute nouvelle série animée qui reprenne la gamme. Pendant ce temps, Bandaï s'occuperait de relooker l'ensemble des emballages pour être en phase avec cette nouvelle mouture.

30 robots déjà existants dépendant des séries Machine Robo et Devil Invaders furent repris, puisque Bandaï pensait que Takara avait fait de même pour ses mechas, et plusieurs créations de Bandaï telles que les Chogokin et les Winch Robo furent recolorisées voire remodelées. Quelques autres furent entièrement sorties de la glaise pour intégrer la gamme, tels les héros mi-humains mi-robots ne se transformant pas, Triple Jim et Devil Satan Six (version japonaise de Monsterous, combiner à la sauce Puzzler). Autre ajout, et non des moindres, fut fait en la personne des Rock Robo (futurs Rock Lords en France) et les Wheelmen, jouets à moteur à friction qui débarquèrent tardivement.

La série en 47 épisodes créée par Ashi offrit alors, répartie sur une première diffusion entre juillet 1986 et mai 1987, une spectaculaire animation beaucoup plus travaillée et fluide que ce que les fans avaient pu voir dans le Défi des Gobots. D'autre part, Revenge of Cronos possédait un "story arc", c'est-à-dire que les épisodes pouvaient se regarder indépendamment les uns des autres, mais qu'il valait tout de même mieux (pour une meilleure compréhension de l'ensemble de l'oeuvre) les visionner dans l'ordre. Story arc très bien construit au demeurant. Le seul bémol était que les principaux protagonistes du "Défi" n'étaient plus que des seconds rôles dans la "Revanche". Les deux séries étant sans comparaison. Si Cyclos est LE vilain du Défi, il n'est plus qu'un robot comme les autres dans la Revanche. Plus question alors de parler de Cyclos, Leader et leurs comparses. La saga étant d'ailleurs transportée sur la planète Cronos, un monde peuplé de robots pensants. Ceux-ci sont divisés en plusieurs factions : la tribu de Cronos (une race d'androïdes ne se transformant pas), la tribu de Jet (une race de robots ayant tous une faculté de transformation en véhicules volants) et la tribu de Battle (robots se changeant en véhicules amphibies et roulants). Les agresseurs, quant à eux, se nomment les Gylandar et sont une race de vils robots qui recherchent une source d'énergie appelée Hyribead, nécessaire à leurs plans de conquête.


L'animé se focalise sur le voyage de la tribu de Cronos, dont dépendent les deux héros : Rom et Leina Stol, qui sillonnent la planète pour défaire les principaux commandants Gylandar avec l'aide du guerrier Blue Jet -anciennement Fitor - (Jet Tribe), de Rod Drill - ressemblant à Screw Head - (Battle Tribe) et du serviteur de Leina : Triple Jim. Il est à noter que Rom peut, et le fait toujours à longueur d'épisodes, faire appel à deux versions plus imposantes de lui-même pendant la bataille. La première est Kenryu (alias Blade Dragon) et Baïkanfu (alias Vikung-Fu). Leurs premiers ennemis sont les commandants Gruijos et Diondra, lieutenants du chef suprême Gylandar Gadess.

En comparaison avec les différentes gammes de jouets japonaises, très peu de robots Gylandar furent produits, car il est un fait que les vilains se vendent traditionnellement très mal au Japon. Seul Devil Satan Six fut nouveau, les autres vilains étant simplement des recolorations de moules existants (Scorp, Pincher, Vamp, Galudas, Gildis).

Malgré ses atouts indéniables et son animation travaillée, ce "revival" obtint un succès limité. Si Revenge of Cronos est généralement bien pensée et reçoit un bon accueil (au point qu'elle reçoit quelques OAV - Original Video Animation - suivant les pérégrinations des héros), son absence, ou du moins sa difficile connection avec la gamme précédente fut contraire à ce que firent les Transformers, et Bandaï ne put que constater un léger regain d'attractivité pour les robots des anciennes collections. A ce moment, les Gobots disparaissèrent pour de bon, et seule la série animée fut exportée en France sous le nom de "la Revanche des Gobots", se traduisant en anglais par "the Return of the Gobots".

Pour 1988, une gamme limitée de jouets était prévue : les Battle Hackers. Revenge of Cronos pouvant toujours compter sur quelques sorties, notamment et surtout des maquettes des héros de la fratrie Stol. Arrêtons-nous tout de même quelques instants sur l'excellente sortie en 2007 du sublime Baïkanfu qui bénéficia d'un traitement de prestige lorsque travaillé par Bandaï au sein de sa très renommée gamme "Soul of Chogokin". Un monstre de beauté pure. Magnifique.

Notons, pour finir, que la série Revenge of Cronos peut se trouver en DVD alors que Challenge of the Gobots non, pour des problèmes de licenses et de droits, Hasbro ayant racheté les exploitants des épisodes initiaux. La mini série en 5 épisodes a pourtant été remasterisée il y a peu et se trouve actuellement. Elle vaut d'ailleurs la peine qu'on s'y intéresse.
avatar
Mon Lieutenant
Admin

Messages : 744
Date d'inscription : 18/02/2012
Age : 44
Localisation : Maine et Loire (Gobotron le week end)

Voir le profil de l'utilisateur http://leforumdesgobots.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum